AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  FAQFAQ  

Partagez | 
 

 Les aventures des Mega-Chasseurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
batoutroll

avatar

Nombre de messages : 156
Date d'inscription : 29/06/2007

MessageSujet: Les aventures des Mega-Chasseurs   28/11/2008, 00:02

Le Grand Départ

Tout commença lorsque Rakasou identifia de lui-même (ce fut là le premier exploit que nous allons conter dans cette histoire) un vieux parchemin lâché par une des vilaines créatures qui rodaient autour de notre Tanière.

Raka : "J'ai trouvé un sortilège puissant, la formule est compliquée. La formule est même extrêmement compliquée. Il doit même y avoir plein de sorts, y a plein de mots. Ca contient les sorts : heu.. O r dre, déjà, on a le sort ordre, ca doit etre bien ça, et heu.. Heu.. Misson ! Jamais entendu parler celui là, il doit etre rare."

Je m'avançai alors et lui prit le parchemin des mains.
"C'est un ordre de mission ça Raka : Assieds toi et écoute :
Le long message peut se résumer ainsi: « Permet moi de te déranger, je me présente, Meriavain l'ami de Makor. Pour faire court: c'est une mission pour un professionnel comme toi. Toi qui n'as pas peur de cette confrontation que je qualifierai de faible, sache que tu seras absent de chez toi pour une moyennement longue partie de la saison.
Tu vas être confronté à une situation de difficulté très élevée. Cela ne te fait pas peur ? Suite à ta réussite, je te remettrais une arme magique que je tiens de mon grand-père. A bientôt.»


«Bon, il va te falloir constituer une solide équipe de combat et aller voir le sage près du lac qui te dictera une conduite à suivre à la trace. Il y aura un grand nombre d'étapes et à terme, tu obtiendras une récompense à la hauteur des dangers que tu auras bravés pour terminer cette quête. Tu as compris ? »

Raka : « Bah oui, on va voir le vieil homme qui nous donnera des dangers pour des braves trolls et nous récompensera d'être venu le voir. »

« Je crois que je vais venir avec toi, Raka. Tu vas avoir besoin d'aide... »

Nous fîmes donc appel aux chasseurs et très vite une équipe fut constituée. Le petit groupe de chasse que nous formions alors s'agrandit de compagnons plus aguerris qui vinrent en renfort nous assister dans notre quête, qui s'avéra d'ailleurs plus complexe que "d'aller voir le vieil homme avec des braves trolls en danger"

Auprès d'un tonnal de glouska, car toutes les histoires autour des chasseurs ne sont pas que des légendes, se rassemblèrent peu à peu de braves trolls, quelques jeunes dynamiques, d'autres plus sages, et quelques uns de grand renom, que notre petit tonnal mit à peine en appétit.

Ces braves trolls, qui célébrèrent le commencement de cette aventure jusqu'à la tombée de la nuit sont les suivants :

Rakasou, le chef de notre mission, petits bras mais l'esprit bien conçu. Un jeune durakuir à la langue bien pendue, dont la soif n'a d'égal en démesure que la bonne volonté qu'il met chaque soir à terminer le tonnal que nous entamons au souper.
("Il va se perdre !"). Mais a-t-on jamais vu un tonnal s'égarer seul...

Trollmouth, toute jeune Kastar, la plus fragile de toute cette équipe, dont les mésaventures et les coups de malchance ont fait déjà maintes fois le tour du hall, et qui cette fois encore n'échappera pas tout à fait à cette règles qui semble lui être propre.

Hybris, notre chère et jeune apprentie maître d'armes et le plus beau sourire de cette équipée sauvage. Belle et radieuse, elle compense sans commune mesure sans manque d'aptitudes au combat par sa bonne humeur, dont bien des chasseurs sont épris.

Batoutroll, jeune kastar, plus adroit de la plume que de l'épée courte qu'il porte au fourreau "parce que le pommeau lui rappelle le bijou que portait sa mère autour du cou". Plus prompt à compter fleurette et gratter sa prose qu'à manier son arme.
Fort volontaire par ailleurs, mais pas tout à fait indispensable.

Mais ces 4 jeunes chasseurs ne seraient jamais partis seul s'ils ne s'étaient sentis sous bonne garde, et leurs robustes gardiens, bien connus chez les chasseurs sont de vieux adeptes des profondeurs :

Shlark, le seul durakuir dont la rafale psychique fait autant de dégâts dehors que dedans, et qui est le seul chasseur à affronter régulièrement des apnées intellectuelles de plusieurs jours. Toutefois un durakuir à la peau épaisse et très résistant.

Bardox, le médecin de la famille, un durakuir grand et épais comme on les aime, résistant et doué de cette capacité de sacrifice qu'il emploie à toute heure pour venir en aide à ses camarades.

Saipatroll, le troisième des piliers du groupe. Un dur à cuire, et l'image n'est pas à prendre à la légère. Que dire de se combattant haut comme deux fois votre conteur, si ce n'est qu'il vaut mieux être derrière que devant...

Et enfin Totsaky, le Maître d'armes, le guerrier derrière lequel tous se cachent quand le sol tremble plus que de coutume. Puissant et habile, aux bras gros comme des cuisses de Behemoth et aux épaules si impressionnante qu'il parait plus large que haut, il porte sur son dos, accroché à son armure, une lame à deux mains en Mithril, qu'il ne quitte jamais.

Les joyeux compères, dont je vous conte ici l'aventure, prirent la nuit pour se découvrir et au détour de leur taverne favorite, la leur, se préparaient psychologiquement à affronter tous les dangers, parmi lesquels, et non des moindres, un nouveau tonnal de Glouska que portait tant bien que mal le petit Rakasou, qu'il laissa choir au sol, épuisé par son effort, mais l'oeil non moins pétillant des frivolités à venir.

Leurs efforts se poursuivirent jusqu'à l'aube, heure à laquelle fut prise la décision d'aller voir le sage, pour obtenir notre première quête.

Totsaky prit la tête du convoi, Raka saoul porté sur une épaule, et nous arrivâmes quelques heures plus tard auprès du sage qui nous annonçait notre première étape de mission : Affronter 10 Mégacéphales.

Rakasou, aussitôt dégrisé, balbutia en quelques instants un flot discontinu de paroles que personne ne comprit dans l'instant. Il nous avoua quelques jours plus tard qu'il avait prié sa mère, qui avait porté autant de noms que tous les chasseurs réunis.

Nous prîmes donc le chemin du retour, Tostaky traînant un Rakasou tétanisé et plus raide que sa propre lame..

Notre équipe ne comptant pas de Tomawak, il nous fallut faire appel à l'un des nôtres doté de la capacité de Vision Lointaine, qui très vite nous donna la direction à prendre.

C'est donc dans l'excitation et la hâte que Tostaky ouvrit le premier portail de notre mission, que les plus jeunes ne traversèrent pas sans appréhension et inquiétude...

_________________
Batou,
Trollbadour & Mycologue


Dernière édition par batoutroll le 28/11/2008, 00:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
batoutroll

avatar

Nombre de messages : 156
Date d'inscription : 29/06/2007

MessageSujet: Re: Les aventures des Mega-Chasseurs   28/11/2008, 00:32

Première étape de la mission : Premier Voyage
Une bonne partie de rigolade


Notre aventure commença dans la joie et la bonne humeur, comme toute nouvelle mission
célébrée avec un tonnal de glouska par missionnaire. Et nous taillâmes donc vaillamment
notre chemin parmi les monstres environnant pour parvenir sur notre première zone de chasse.

Mais parfois la réputation, les habitudes, les lois de la nature ou le destin nous rappellent
à l'ordre, et pour Trollmouth, ce furent les quatre en même temps qui se manifestèrent.
Un petit cafouillage, un détour, une pause champignon. Trollmouth s'éloigna de ses
compagnons pour se retrouver nez à nez avec un horrible Trancheur, qui fut moins cordial
dans ses réponses que Trollmouth lorsqu'elle demanda s'il n'avait pas vu ses camarades...

Trop loin pour réagir, nous ne l'avions pas vu s'arrêter alors que nous avancions en ligne
droite, nous entendîmes ses hurlements que lorsqu'il se fit trop tard. Et un vent de mauvais
augure commença à souffler sur notre équipée. Nous n'étions désormais plus que sept.

Trollmouth nous fit part de sa volonté de quitter la mission et de demeurer à la Tanière,
nous ne pûmes que la comprendre. La mission offrait alors une place vacante et Rakasou
fit de nouveau appel à nos compagnons chasseur, pour remplacer la petite Trollmouth.
C'est Guybrush, le durakuir, qui répondit à l'appel.

Guybrush, l'inébranlable Guybrush, moins connu pour sa subtilité que pour son incroyable
constitution et sa force de frappe peu commune, arrivait en renfort pour le grand bien de
tous. Nous poursuivimes donc notre tâche. L’activité ici bas n’était pas au plus calme.

Les Mégacéphales et autres créatures tombaient sous nos coups. Notre Maitre d'armes
s'en donnait à coeur joie, de même que Bardox, .mais les plus frêles se faisaient tout petits ...

Notre apprentie maitre d'armes, Hybris, face à des monstres dont elle n'avait entendu parler
qu'au coin du feu, perdait pied peu à peu.

Hybris : « Bon babah mmmoi, poupour l'instant. je ramamasse et j'ijidentifie alors !
Cà c'est quoi, oh ! c'est c'est un ggros composant. Aaah mais retenez le celui là.
Babar Dodox, le Palefroi là, il est papas un peu proroche de moi là ? Aaaah il me regarde.
Babardox !!! »

Bardox poussa un cri de guerre et frappa le palefroi qui se retourna contre lui.

Hybris : « Bon alors ça ça qu'est ce que c'est. C'est un gros compopo, composant ce truc là.
Hybris se concentra et entama des gestes circulaires avec ses mains. Des volutes bleutées
naissaient de sa manoeuvre. Quelques secondes passèrent et Hybris termina son incantation
d'identification. Haaaaaa. C'est ma jambe ! Baaardox. J'ai peur là, et j'ai mal à ma jambe qu'on vient d'identifier »

Les sacrifices des deux mastodontes de l'équipe allaient bon train, le maître d'armes frappait
à tour de bras avec ses compagnons quand le petit kastar (moi-même votre humble serviteur)
se rendit compte que l'un des acolytes manquait à l'appel.

Batou : « Pourquoi le Mega il sourit quand c'est moi qui cogne ? Hein Tostaky ? »
Réponse du maitre d'armes : « GGggrrrr » (Grognement sourd à interpréter comme qui voudra)
Batou : « J'me doutes bien mais quand même... T'as pas vu Raka ? »
Réponse du maitre d'armes : « GGrrr. (Cri de combat rauque et imposant RRrhhhaaaa.
(pam !) Un de moins ». Tostaky me jeta un oeil carnassier, fier de sa dernière victime.
Batou : « Ok je vais le trouver tout seul t'inquiètes... »

Je me retournai et levai la tête a m'en décrocher la nuque.
« Mais, Saip, je sais que tu touches le plafond de cette grotte mais pousse toi un peu.. »
(La tête toujours levée) "Bardox s'il te plait, mets toi de coté je voudrais voir tout le monde."

Je pris appui sur un rocher, et prenant appui sur l’épaule de Bardox, perché à mi-hauteur,
je cherchais notre jeune durak, mais ne voyait que des stalactites.
Je baissait les yeux doucement, scrutant la pénombre, puis de plus en plus vite et
me mis à chercher au sol quand je finis par tomber sur un stalagmite, pas très gros,
d'1m 50 de hauteur environ.
Batou : « Y a un truc qui bouge la derrière »

N’étant très grand non plus je ne voyais pas derrière d’où je me situais, je dû donc
descendre et m’avancer pour faire le tour du stalagmite.

Batou : « Ha ha ha. Bah ! Raka mon copain, t'étais bien caché quand même.
Mais c'est pour ça que t'as du mal, tu peux pas « rafaler » un stalagmite » fis-je en secouant
la tête en signe de négation.

Raka (perplexe) : « Ha mais t'as raison encore, attends tu vas voir, regarde un peu ! »
Raka courut entre les jambes de Bardox puis de Saip et arriva finalement en tête à tête
(enfin en tête à jambe) avec l'élémentaire de terre qu'il entendait et cherchait depuis 3 jours.
« Toi tu vas moins faire le malin maintenant ». (insulte)

Le monstre rugit en retour « RRooAARRR »

Raka : « HaaaaaAAaaa »
Raka se précipita derrière la jambe du maître d'armes et leva une tête intimidée,
souriant de sa bêtise.. « Ca va comme vous voulez les gars ?? »

_________________
Batou,
Trollbadour & Mycologue


Dernière édition par batoutroll le 30/11/2008, 19:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mamoune

avatar

Nombre de messages : 7941
Guilde : Le Cercle des Psyko-Chasseurs - Tomawak 40+
Date d'inscription : 14/11/2004

MessageSujet: Re: Les aventures des Mega-Chasseurs   30/11/2008, 00:35

Notre trollbadour est penché sur ses manuscrits, il rédige avec beaucoup d'application.

Mam' regarde un peu par dessus l'épaule mais surveille surtout que personne ne le dérange ^^

_________________
Mamoune
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mountyhall.dispas.net
batoutroll

avatar

Nombre de messages : 156
Date d'inscription : 29/06/2007

MessageSujet: Merci pour ton soutien Mam'   2/12/2008, 22:28

Merci Mam' d'avoir veillé sur moi pendant que je reprenais toutes ces notes prises au cours de cette terrible aventure.

Merci également de ton soutien.Traverser une nouvelle fois tous ces souvenirs fut une dure épreuve, mais je chéris chacun d'eux comme de précieux trésors, que je voudrais partager avec vous tous.

J'ai enfin terminé mon manuscrit, et je vous invite à découvrir nos aventures, notre histoire, la légende que certains d'entre nous forgèrent de leurs âmes : les aventures des Mega Chasseurs...

_________________
Batou,
Trollbadour & Mycologue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
batoutroll

avatar

Nombre de messages : 156
Date d'inscription : 29/06/2007

MessageSujet: Vers la fin de la première étape   2/12/2008, 22:30

Vers la fin de la première étape

Tout allait bon train donc, pour notre équipe chaleureuse et conviviale. Et très vite nous
parvinrent à décimer notre entourage dans la joie et la bonne humeur. Si ce combat peut
sembler simple en apparence, il n’est pas pour autant le reflet exact de ce que nous avons
vécu. Car non loin de nous chassaient une quinzaine de Trolls sanguinaires, et nous affrontions
alors dans la plus grande angoisse la peur de les voir surgir à tout instant. Nous prîmes sagement
la décision d'ouvrir sous nos pieds un portail de sauvegarde vers notre Tanière, afin de pouvoir
fuir plus aisément si le besoin s'en faisait sentir. Mais ce fut là notre première erreur,
bien que nous ne puissions le deviner ce jour là.

Six Mégacéphales avaient déjà péri sous nos coups et la zone de combat dans laquelle nous
étions ne nous offrait plus de nouvelles proies. Plus un Méga à l'horizon. Un rapide courrier
porté par une chauve souris nous permis d’envoyer un message vers notre Grande Tanière :
« Où poursuivre notre aventure ? ». La réponse ne se fit pas attendre. « Plus bas et vers le Sud »

L'équipe se remit tout de suite en marche et un pas au travers d'un nouveau portail nous
mena directement au cœur d'une nouvelle zone. Enfin pas pour tous, car au moment de prendre
la route vers les profondeurs, deux portails se trouvaient donc à proximité. Et deux des nôtres,
Bardox et Saipatroll ne firent pas le bon choix et prirent le portail qui les ramena vers
notre Grande Tanière.

Bref, le gros de la troupe prit tout de même le bon chemin et nous arrivâmes assez vite dans
notre nouveau coin de chasse. Le « coin », si l’on peut parler ainsi de cette immense caverne
circulaire était occupé par un autre groupe de joyeux lurons, dont les jurons et éclats de rires
se mêlait parfaitement aux nôtres. Quelques échanges amicaux et un tonnal de glouska plus tard,
les Mégacéphales nous furent laissés et nous n’en fîmes que quelques bouchées. Votre humble
scribe eu même l’honneur de porter le coup fatal à l’un deux, au grand ravissement de ses compagnons.

Après une petite journée de repos vint le temps de compter les proies tombées sous nos coups,
ou plutôt, il nous fallut une journée toute entière pour les compter. Nous tombâmes tous d’accord,
après débat, sur le fait qu’il en manquait au moins une, puisque la première étape de notre
périlleuse mission n’était pas encore terminée. Fort de cette découverte, nous cherchâmes quelques
temps nos dernières et ultimes proies, maudissant la dernière qui s’était enfuie et que nous avions
perdu de vue.

Rakasou fut le premier à apercevoir un nouveau rassemblement de Mégacéphales, à une dizaine
de cavernes plus bas. Décision fut prise d’abandonner celui qui nous avait échappé et de partir tous
ensemble par un nouveau portail, pour rallier la zone de chasse en profondeur au plus vite, avant
que de nouveaux monstres n'apparaissent autour de nos proies. Nous nous préparions quelques instants,
et empruntèrent le portail à peu près au moment où Bardox et Saipatroll prirent le leur, qui les menèrent
de la Tanière vers cette zone que nous nous apprêtions à quitter.

Les six que nous étions décidèrent de laisser passer les plus forts en éclaireurs,
pour les rejoindre dans la foulée. Dernier conciliabule.
Les premiers s’engouffrèrent et dans l’instant qui suivit, engagèrent le combat.

_________________
Batou,
Trollbadour & Mycologue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
batoutroll

avatar

Nombre de messages : 156
Date d'inscription : 29/06/2007

MessageSujet: Quand les chasseurs devinrent les proies   2/12/2008, 22:35

Quand les chasseurs devinrent les proies

Nous étions huit, huit embarqués dans cette guérilla impitoyable dans les profondeurs,
à pourchasser avec tous les moyens que nous avions les derniers Mégacéphales.

L’un des nôtres, Saipatroll, était resté de l’autre côté du portail, et tentait d’en finir avec
notre dernière proie qui avait pris la fuite. Sa vue perçante pour un durakuir lui permit
de la traquer plus facilement que nous. Il s’élança donc sur ces traces pendant que nous
franchissions le portail pour entrer dans ce qui fut, pour la plupart d’entre nous,
notre dernière zone de chasse.

Le dernier à franchir le portail fut Bardox, et lorsqu’il nous retrouva, il comprit en un
instant ce que nous redoutions depuis quelques heures déjà : Nous n’étions plus les
chasseurs mais les proies. Et le piège se refermait sur nous chaque minute un peu plus.

Des Crascs Maexus Gargantuesques, quelques Bouj’Dla, des Nécrochores, des fantômes,
un Moucheux et une Gritche étaient venus en renfort autour des Megacéphales que nous
convoitions. Tous étaient apparus en une nuit autour de nous, et nos tentatives pour leur
échapper échouèrent les unes après les autres.

La chance et le destin nous jouèrent de bien vilains tours, et si le hall tout entier s’était écrasé
sur nos têtes, nous aurions peut-être moins souffert… Les créatures nous prirent par surprise,
les Bouj’Dla nous dispersèrent en nous expulsant de leur caverne et nous séparèrent les uns
des autres. Les coups pleuvaient, de manière continue, et les pouvoirs des créatures empêchaient
nos plaies de cicatriser. Nous combattions avec acharnement, mais cédions du terrain peu à peu.

Rakasou, notre chef d’équipe et jeune durakuir, fut un des premiers sur leur liste. Un Bouj’Dla
Placide Corrompu le prit pour cible et l’envoya plus loin encore dans les profondeurs. Blessé
et pris en chasse par le monstre, il peina à revenir vers nous. Une seconde frappe le prit en traître
et l’atteignit en plein dos. Rakasou cracha un nuage de sang sous le choc, tituba quelques instants
le regard vide et vint s’écrouler entre nous, face contre terre.

Les plus anciens comprirent instantanément ce qui était en train de se passer : les monstres
commençaient par expédier les plus faibles d’entre nous. Et ce fut Tostaky qui réagit le plus
rapidement de tous mais trop tard. Son cri résonna dans toute la grotte : « Hybriiis », il s’élança
vers sa jeune apprentie mais trop tard, car un autre Bouj’Dla s’était approché dans le tumulte
qu’avait suivi la mort de Rakasou et frappa Hybris au point faible de son armure,
à la jointure de la tête et de l’épaule. Hybris ne poussa même pas un cri. Elle s’écroula, inerte,
sur le corps de son jeune camarade.

Alors que nous étions en train de tenter un rassemblement, les échos d’un cri de douleur
effroyable nous parvint du Nord. Saipatroll, avait traqué sa proie au péril de sa vie et pour
lui porter le coup fatal, s’était engouffré dans une crevasse ou sommeillaient plusieurs Shai
regroupés autour d’un élémentaire de feu de quatrième cercle et un trancheur. Les flammes
et les pouvoirs démoniaques des créatures eurent raison de lui et il tomba alors qu’il tentait
de s’en échapper pour nous rejoindre.

Rakasou, Hybris, Saipatroll, avaient placé leur mission au dessus de tout, et étaient
tombés au combat les armes à la main. La bravoure dont tous avait fait preuve nous
maintenait dans un état de ferveur guerrière qui faisait honneur à notre tribu.
Les Psyko-Chasseurs combattaient vaillamment et conservaient jusqu’à leur dernier
souffle un esprit de courage et d’honneur sans égal.

_________________
Batou,
Trollbadour & Mycologue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
batoutroll

avatar

Nombre de messages : 156
Date d'inscription : 29/06/2007

MessageSujet: Les derniers chasseurs   2/12/2008, 22:36

Les derniers chasseurs

Nous étions huit autour du feu, huit contre cette horde sauvage, qui ne cessait de croître en nombre.
Trois des nôtres déjà étaient repartis au soleil sous nos yeux impuissants. Et rien ne laissait
présager que nous pourrions nous en sortir autrement car chaque heure qui passait nous
affaiblissait un peu plus.

Grâce à une ruse et une chance incroyable, Bardox parvint à gagner le portail de secours
que nous avions préparé. Shlark, de son côté, abattu et désespéré, s’était effondré inconscient
Il gisait à présent immobile, non loin du cœur de la bataille.

Nous n’étions plus que trois, blessés, épuisés par cette lutte devenue impossible. L'esprit
et les membres lourds, le souffle court, le goût du sang chaud dans la bouche. Il ne nous restait
que cette rage qui bouillonnaient dans nos entrailles, une rage sourde et lointaine, et la colère,
infinie, de voir le piège se refermer sur nous alors que notre quête touchait à sa fin.

Le maître d’armes était encerclé, en prise avec notre proie, tandis que Guybrush et moi-même,
de nouveau projetés par les créatures, recouvrions nos esprits et nous apprêtions à rassembler nos
forces pour lui venir en aide.

L’obscurité qui s’apprêtaient à tomber sur les dernières lueurs d'espoir qui nous restaient,
allait recouvrir un grand nombre de cadavres, et si l'Esprit des Chasseurs était avec nous,
sous les nôtres reposerait celui de la dernière bête pour laquelle nous avions tout mis en jeu.

La Bête immonde au cerveau démesuré était là, sous nos yeux, au coeur de cette armada
qui l'entourait et la protégeait, et le moment était venu pour nous de libérer la colère dont la
Nature nous avait doté, de faire honneur à notre race et d'achever notre mission, dans un
ultime déferlement de violence.

_________________
Batou,
Trollbadour & Mycologue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
batoutroll

avatar

Nombre de messages : 156
Date d'inscription : 29/06/2007

MessageSujet: La colère du Maître d'Armes   2/12/2008, 22:36

La colère du Maître d'Armes

Recroquevillé sur lui même, le maître d'armes subissait les blessures sans broncher.
Les pupilles dilatées, son regard enragé était orienté vers les cadavres
de ses compatriotes tombés au combat. Sa masse musculaire, sous l'effet de l'adrénaline,
soulevait son armure comme si elle ne le touchait plus.

Ses mains jointes serraient si fort son Espadon de Mithril que ses jointures en étaient blanches.
Tous les poils de son corps étaient hérissés et flottaient au vent. Ses mâchoires serrées
contenaient le souffle d’un puissant guerrier devenu fou, à l'aube de la plus grande rage de sa vie.

D'un geste sec, il leva sa gigantesque arme à deux mains au dessus de sa tête et s'élança, poussant
un cri de rage guttural, grave et rauque. Alors que l'écho de sa colère revenait à peine des plus
lointaines cavernes, il porta un premier coup, d'une violence incroyable, comme s'il allait fendre
le rocher sur lequel se situait sa proie. Il frappa, frappa, et frappa encore. Son dernier coup d'épée
fut asséné de haut en bas, et dans un cri de hargne féroce il trancha la tête et le corps de son adversaire,
inondant la zone de cervelle et de sang, et planta son arme dans le sol.

Muet devant une énergie aussi incroyable, je pris le large en silence, espérant dans le même
temps que mon ami guerrier sortirait mentalement de sa transe frénétique et que j'atteindrai
le portail avant de succomber sous les frappes de mes adversaires. J'y parviens non sans mal,
blessé à la jambe par une tentacule que je n'avais su évité.

Je me retournai au seuil du portail et vis que Guybrush, notre durak, avait posé sa main
sur l'épaule de Totsaky le maître d'armes, pour le calmer.

Plein d'espoir qu'ils puissent sortir de là, les nerfs encore ébranlés
d'avoir assisté à une scène aussi épique, d'un guerrier que je découvre encore.
Je franchis le portail et quittais la scène.

_________________
Batou,
Trollbadour & Mycologue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
batoutroll

avatar

Nombre de messages : 156
Date d'inscription : 29/06/2007

MessageSujet: De l'autre côté du portail   2/12/2008, 22:37

De l'autre côté du portail

Blessé dans ma course pour parvenir jusqu'au portail que je venais de traverser,
j'ouvris difficilement les yeux pour regarder ce qui se passait ici. Bardox, le
premier rescapé du guet-apens, était aux prises avec un Carnosaure et un Glouton.

Désorientés par la distance que nous avions parcourue lors du saut, nous étions amoindris
et saignions tous deux abondamment. Bardox repèra vite mon arrivée derrière lui. Il comprit
que j'avais saisi la situation et nous échangions un long regard inquiet. Nous avions certes
survécu au plus grand danger, mais seuls et dans cet état de blessures, nous n’étions
plus sûrs de rien.

Notre principal espoir était que Guybrush et Tostaky nous retrouvent le plus vite possible.
Je me surpris à prier pour que d'autres ennemis ne nous surprennent pas davantage. La nuit
nous fit une douloureuse promesse, celle d'être longue et pénible.

Les heures passèrent, dans l'attente et l'inquiétude, et l'obscurité reprit ses droits dans
les cavernes. Quelques cristaux trollsphorescents, que nos ancêtres avaient disséminés
dans cette partie souterraine du hall, nous permettaient de distinguer de nouveaux
arrivants. Dans le silence le plus parfait, je tendais mes oreilles. Les rugissements du
Carnosaure, le ventre affamé d'un glouton bébé, le cri strident d'une Coccicrelle,
et d'autres bruits encore que je m'efforçais d'identifier.

Le vent tournait, et mes yeux s'ouvrirent grand d'horreur lorsque je sentis sur ma peau
une chaleur qui ne devrait pas être à cette heure-ci. Je reconnu l'odeur de souffre âcre
d'un Esprit-Follet Gargantuesque, et celle rance du venin des Abishais Rouge,
à la fois forte et douce, Nom d'un troll, non de deux Abishais, un jeune et un Archiatre.
Oui je reconnaissais bien le parfum qui m'avait autrefois causé tant de souffrances.

Je sentais mon pouls s'accélérer. Ils étaient tout proches, mais je ne les voyais pas.
Mon sang se glaça dans mes veines lorsque je réalisai que je ne sentais plus l'odeur
pourtant forte de mon camarade Bardox. Je ramassais assez vite une poignée de ces
cristaux lumineux et me concentrai pour trouver la bonne direction. Lorsque je fus
certain de mon jet, je les envoyai de toutes mes forces, au sol, dans la direction de
Bardox. Le stratagème fut efficace, les cristaux volèrent droit et vinrent s'éclater
contre une stalagmite ou une grosse roche mais je regardais plus loin. En se brisant,
ils libérèrent les fines particules lumineuses qu'ils emprisonnaient, qui se répandirent
brièvement dans la grotte, illuminant toute la scène de leur lumière jaune pâle,
pendant quelques secondes.

Et ce que je vis à ce moment là …

Mon âme se brisait un peu plus chaque jour et j'oscillais entre la rage et le désespoir. J'en vins
presque a faire le souhait de partir avant le reste mes camarades, pour que tout ceci s'arrête
une bonne fois pour toute. Mais la vision éclair qui s’était imprimée dans ma mémoire et
que j’avais fuit revint aussi vite que je l’en avais chassée.

Bardox, un genou à terre dans une marre de sang, tenait fermement son épaule gauche de
la main droite, comme pour empêcher son bras de choir, le regard levé vers son prédateur,
un Carnosaure Géant. Je connais bien ce troll, pour sa bravoure et son courage, et je sais
qu'il ne mourra pas à genou mais bien campé sur ses deux jambes, fier et droit.
Nous vivions un véritable cauchemar.

Ma course effrénée pour arriver jusqu'ici m'avait épuisé et je ne pouvais agir qu'à l'aube.
Je ne savais pas si j'entendrais encore son souffle lorsque la lumière reviendrait dans les
profondeurs, et la seule chose dont je pouvais être certain, c’est que chacune de ces secondes
que nous vivions depuis quelques jours marquaient mon esprit comme un fer brûlant.

_________________
Batou,
Trollbadour & Mycologue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
batoutroll

avatar

Nombre de messages : 156
Date d'inscription : 29/06/2007

MessageSujet: La fin de Bardox le Brave   2/12/2008, 22:38

La fin de Bardox le Brave

Après deux jours et une nuit de course effrénée, je sentais la torpeur m'envahir peu à peu.
Je saignais encore abondamment, mais je fais partie de ces Trolls bénis par Dame Nature
qui cicatrisent très vite, et la plaie qui ouvrait ma cuisse sur toute sa longueur se refermait
peu à peu. La douleur s'amenuisant, je finis par m'assoupir adossé au mur froid de la grotte.
Nos premiers jours heureux autour du feu me paraissaient plus lointain que jamais.

Ce fut un éboulis et un grognement dont le timbre m'était familier qui me réveilla. Shlark,
le durakuir, avait du sortir de sa torpeur et s’enfuir par le portail car il arrivait sur les lieux
en courant également. Je l'entendis s'arrêter net et pousser un grognement plaintif. Mes yeux,
mieux accoutumés à la pénombre distinguaient les ombres de mes compagnons devant la masse
grouillante des monstres que je devinais avide d'en finir avec nous tous. Encore trop épuisé
pour combattre, je me remis avec peine sur mes pieds, la main posée sur ma cuisse.

Je crois que Bardox nous entendit car il fit de même et prit appui sur son arme pour se relever.
Il tituba d'un pas en arrière avant de retrouver l'équilibre. Contre toute attente, la fourrure
poisseuse du sang qui suintait partout sur son dos depuis sa blessure à la tête, il écarta les bras
et éclata d'un rire qui semblait venir d'outre tombe. Le Carnosaure qui le dominait de toute sa
hauteur rugit en retour puis balança tout son corps de côté, d'une vélocité étonnante pour son
poids.

Sa queue cuirassée, épaisse comme deux trolls, fusa si vite que je pus à peine la distinguer.
Elle heurta Bardox en plein torse dans un bruit sur lequel je ne m'éteindrais pas.
J'eu l'impression que tous ses os furent brisés net. Bardox fut violemment projeté
contre la paroi opposée et tomba au sol à quelques mètres de là.

Le Carnosaure lacha son effrayant hurlement de prédateur et fixait sa proie inanimée.
Tous, nous étions tournés vers ce qui restait de Bardox qui gisait à un pas de son arme.
Il remua un instant et leva la tête vers son bourreau. Dans un ultime effort il dégagea son
bras valide de sous son corps et posa la main sur la garde de son arme. Puis il sombra,
la tête tournée vers nous, les yeux grands ouverts.

Je ne pus retenir un gémissement plaintif, et les larmes coulaient sur mes joues, plus amères
sur mes lèvres que tout le sang qui y avait séché. Je tombai à nouveau sur les genoux, harassé,
à bout de force, infiniment las de voir tomber mes frères les uns après les autres.

_________________
Batou,
Trollbadour & Mycologue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
batoutroll

avatar

Nombre de messages : 156
Date d'inscription : 29/06/2007

MessageSujet: La mort du maître d’armes   2/12/2008, 22:39

La mort du maître d’armes

Guybrush et Tostaky étaient seuls dans les ténèbres des profondeurs, encerclés par la horde
sauvage qui avait décimé la moitié de leur groupe de combat. Tous avaient succombés ou
étaient parvenus à s'enfuir. Devant cette terrible armée à leurs pieds, le maitre d'armes planta
son arme à deux mains dans le sol et contempla quelques instants son propre corps meurtri.

Les soins de son compagnon, qui usait de ses potions pour le conserver conscient et tentait
dans le même temps de faire fuir les Necrochores à l'aide d'hurlements effrayants, ne suffisaient
pas à régénérer ses blessures.

Tostaky, s'agenouilla et traça au sol un cercle d'incantation. Alors que le portail apparaissait
en volutes éthérées, les deux trolls se regardèrent. Guybrush posa sa main sur l'arme de son
compagnon et la ramena vers le guerrier, qui en saisit la garde. Son murmure perça le tumulte
incessant comme un enchantement : "Je ne passerai pas ce portail sans toi mon frère".

Tostaky sourit en retour. D'une main sûre, il défit le nœud qui maintenait son fétiche au côté
de son armure et se mit à faire faire quelques tours à sa bidouille enchantée. Il jeta un regard
fier à son compagnon et lui répondit : Je vais te montrer ce que j’ai de plus précieux. Qui sait ?
Peut-être en seras tu le gardien à ton tour… »

Guybrush grogna en réponse et jeta un regard nerveux sur les monstres qui reculaient à mesure
que naissait la lumière artificielle. Stupéfait, émerveillé, il regardait le maitre d’armes comme
s’il le voyait pour la toute première fois.

Je ne sais qui parvint un jour à fabriquer cette merveille que Tostaky à toujours porté au
flanc ni depuis quand la portait-il, tant il me semble l'avoir toujours vu à cette place,
et je sais que rare sont ceux qui peuvent se vanter de l'avoir vu s'en servir. Car Tostaky
possède un objet fort étrange, un yoyo en mithril des enragés. Un simple yoyo pour un
Troll qui ne sait y voir que le jouet qu'il représente, mais entre les mains de son maître,
l'artefact chante et révèle des pouvoirs aussi vieux que le hall lui-même.

Le yoyo semblait prendre vie dans la main robuste et pleine de cicatrices du vieux maitre
d'armes. Les cristaux dont étaient ornées ses deux faces se mirent à scintiller tour à tour.
Lorsqu'il descendait, l’objet éclairait tout autour de lui d'une lumière blanche laiteuse
teintée parfois de reflets bleus. Lorsqu'il remontait vers la main de son maitre, il crépitait
et projetait alentours des flammèches orange et or. Ses illuminations éthérées peignaient
sur les parois, selon les dires des anciens, les couleurs d'un coucher de soleil sur un lac
immense, si grand que l'on en voit jamais l'autre rive, et que les créatures qui marchent
au soleil appellent "océan".

Ses lumières étaient apaisantes, et les vibrations cristallines émises par ses oscillations
traversaient le cœur des deux trolls, comme si le temps s’était arrêté pour eux alors qu'ils
contemplaient la plus belle des merveilles du Hall.

D'un geste sec, Tostaky l'attrapa dans sa main gauche et se jeta entre son compagnon éblouit
et un Trancheur Gargantuesque, qui s'était rapproché alors que les deux guerriers recouvraient
leurs forces. Les deux trolls furent projeté et vinrent heurter le portail derrière eux.

Guybrush, sonné, ne récupéra pas pleinement de cette frappe et ne put se relever sur le moment.
Le maître d'armes, lui, saignait abondamment et, se mettant péniblement sur ses jambes,
arracha en grognant son arme plantée dans le sol et se mit en posture de défense en reculant
pour couvrir son compagnon à terre. S'ensuivit un combat qui dura de longues heures douloureuses,
pendant lesquelles le guerrier, les mâchoires serrées, le regard droit et imperturbable,
ne cessait de faire rempart entre Guybrush et le portail dans son dos et la horde de monstres devant lui.
moulinets, parades et esquives s’enchaînèrent à une allure que seule le maître d’armes pouvait soutenir.

La bataille fut terrible, et le guerrier était assailli de toutes parts. Sa vélocité hors du commun
faiblissait et s’estompait à mesure que les coups pleuvaient. Un premier passa qui lui déchira
l’avant-bras, puis un autre à l’épaule, un troisième, une frappe au sol… Un coup de griffe violent
lui entailla profondément la cuisse et il mit un genou à terre en poussant un gémissement de douleur,
tenant toujours son épée devant lui comme un bouclier. Poussant un cri de rage à l’envergure de
l’effort qu’il fournit à ce moment là, il para seul une frappe du Trancheur Gargantuesque,
la même qui avait mis à terre les deux guerriers quelques minutes plus tôt.

Le cri de Tostaky sortit Guybrush de sa torpeur, qui grogna en reprenant connaissance.
C’est alors que la rage et la volonté exceptionnelle qui maintenait le héros dans sa transe
le quittèrent, lorsqu’il compris que son compagnon était sauf et reprenait ses esprits.
A bout de forces, il fit tomber sa garde pour se relever et c’est alors que le doyen
des Nécrochores, qui guettait une ouverture, tapis dans l’ombre, vint asséner au
maître d’armes une frappe qui lui fut fatale. Son casque s’envola alors qu’il fut
projeté en arrière et vint s’éteindre dans les bras de son compagnon, qu’il avait
protégé corps et âme jusqu’à son dernier souffle.

Guybrush inspira plus d’oxygène qu’il n’en fallait pour gonfler les poumons d’un Balrog,
et poussa un cri de rage et de désespoir à fendre la plus solide de toutes les roches.
Il ceintura solidement le corps du guerrier qui tenait encore d’une main son épée,
attrapa le yoyo en mithril sur le sol, jeta un dernier regard sur les créatures qui lui
avaient tout pris, et ravalant son chagrin, s’engouffra dans le portail derrière lui.

_________________
Batou,
Trollbadour & Mycologue


Dernière édition par batoutroll le 3/12/2008, 09:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
batoutroll

avatar

Nombre de messages : 156
Date d'inscription : 29/06/2007

MessageSujet: Le retour de Guybrush / Naissance d’un Scribe   2/12/2008, 22:40

Le retour de Guybrush / Naissance d’un Scribe

L’aube vint, amère à chacun de mes sens.
L’odeur du sang de mes frères me rendait fou.

Un bruit de combat me sortit de mon demi-sommeil et je pris la direction de cette
nouvelle bataille. J’avançais comme un fantôme, en trébuchant, marchant à l’aveugle.
L’esprit vide, je peinais à m’orienter. Chacun de mes sens me signalait que mon corps
avait épuisé ses réserves.

Je progressais néanmoins dans la bonne direction, et puisant dans les dernières forces
qui me restaient, je me mis à courir de plus en plus vite, dans l’espoir inconscient
que la distance que je parcourais m’éloignerait de mes souvenirs et cauchemars.

En débouchant dans une grotte plus vaste que les précédentes, le présent me rappela
de la manière la plus cruelle qui soit que mes cauchemars étaient plus réels que tous
ces mauvais souvenirs, car j’arrivai juste à temps pour voir tomber encore l’un des nôtres.
Je compris que pendant mon sommeil, la troupe qui avait eu raison de Bardox avait senti
l’odeur de Shlark et l’avait pris à revers. Les monstres se détournaient à peine du durakuir,
et je ne décrirai pas les détails qui m’amenaient à la conclusion que les combats avaient été
aussi brefs qu’intenses.

Je fis demi tour et me cachai quelques instants, rassemblant les quelques esprits qui me restaient.
Je pouvais mourir. Plus rien ne me retenait désormais.

Guybrush ! Tostaky ! Ils avaient probablement réussi à s’enfuir. Je me mis alors en quête
des derniers compagnons que je soupçonnais encore en vie. Je connaissais par cœur leur odeur
et bien qu’ils soient hors de ma vue pour le moment, je tentais de les pister. Dès lors,
je mis tous mes sens à l’épreuve pour retrouver la trace de mes frères d’armes.

Un jour et une nuit plus tard, je retrouvais celle de Guybrush. Je tentais désespérément de retrouver
Egalement celle du maitres d’armes mais rien n’y fit. Je sus alors qu’il nous avait quitté.

Guybrush était encore loin mais au moins je me rapprochais. Après une nouvelle course
effrénée, je l’avais en vue. A bout de souffle, je m’asseyais sur un rocher pour récupérer
quelques instants et je m’efforçais d’observer ce qui se tramait à la limite de mon champ de vision.

Une petite horde de monstre l’entourait et le frappait à tour de rôle et pourtant, il ne semblait
ni les voir ni sentir leurs coups. Il portait toujours sur l’épaule le corps du maître d’armes,
dans sa main gauche le fétiche que je reconnus de suite malgré la distance qui nous séparait.
Las, le regard vide, il attendait quelque chose que je mis quelques temps à comprendre.

Une sorte d’enchantement eu lieu sous mes yeux. Toute la lumière émise par les cristaux
de roche alentours convergeait vers lui et il devenait peu à peu transparent et cessa de respirer,
debout. Je ne bougeai pas et regardai en silence la magie opérer. Lorsque les créatures se détournèrent
de la statue qu’était devenu Guybrush je m’approchai, contemplatif.
Je touchai ce couple de Troll devenu Cristal pour un laps de temps qui m’était inconnu.
Guybrush le durakuir était intangible.

L’âme vide, je posai la tête sur l’épaule de cristal de mon compagnon et posai la main sur
mon propre cœur. J’entendais leurs rires éclater dans ma tête et toutes les bêtises que nous
nous étions promis de faire au coin du feu ce soir là.

Des larmes de douleurs coulaient sur mon visage.

Je mis quelques temps pour ravaler ma peine puis regardai attentivement autour de moi.
Nous devions être au trentième niveau en dessous de la surface environ, peut-être plus.
Une odeur fauve m’indiquait qu’une tanière se situait non loin vers l’est.
Je devais l’éviter à tout prix, fuir, et vite.
J’étais la dernière proie de cet horrible cauchemar et je devais rejoindre les miens au plus vite

J’étais le dernier des Mega-Chasseurs et je me devais de survivre et de rentrer,
pour conter la gloire de mes frères morts au combat.
Je serai votre scribe à tous et je raconterai votre bravoure jusqu’au confins du hall,
j’en fais aujourd’hui le serment.

_________________
Batou,
Trollbadour & Mycologue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mamoune

avatar

Nombre de messages : 7941
Guilde : Le Cercle des Psyko-Chasseurs - Tomawak 40+
Date d'inscription : 14/11/2004

MessageSujet: Re: Les aventures des Mega-Chasseurs   3/12/2008, 10:05

Super trollbadour, je te relie le tout pour te faire une place à côté de l'histoire de raka-le vieux ?

_________________
Mamoune
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mountyhall.dispas.net
Hybris



Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 09/06/2008

MessageSujet: Re: Les aventures des Mega-Chasseurs   12/12/2008, 16:50

Waou, je n'avais plus eu l'occasion de me réfugier sur notre forum depuis quelques temps. cela me permet de lire toute l'histoire en une fois. Merci Grand Scribe.
Je vais retourner dans la RL, la tête pleine d'aventures, d'hérôïsme et en plus je connais les Héros personnellement. Ca, c'est ce que j'appelle du rêve Première classe.
pompom pompom pompom pompom
Hybris
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mamoune

avatar

Nombre de messages : 7941
Guilde : Le Cercle des Psyko-Chasseurs - Tomawak 40+
Date d'inscription : 14/11/2004

MessageSujet: Re: Les aventures des Mega-Chasseurs   2/1/2009, 19:14

Il existe un autre feu de camp, autour duquel on peut lire nos parchemins avec nos histoires, ...

_________________
Mamoune
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mountyhall.dispas.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les aventures des Mega-Chasseurs   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les aventures des Mega-Chasseurs
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SKINK CAMELEON -- experts chasseurs
» 3000 pts. (L2999) Les chasseurs d'hérétiques
» [Chevaliers Gris-Peinture] ma mini-armée de chasseurs de démons
» LES AVENTURES DE JACK BURTON...(N2TOYS) 2002
» [BD] Les aventures palpitantes de Skalf le Gnoblar (blabla)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum :: .: La Clairière : :: Le Feu de Camp-
Sauter vers: